Le sans sanz’ annonce les jeudi girly

Le sans sanz annonce les Jeudi girly ‘

Dans le quartier de la Bastille, le Sanz-Sans vous acceuille de 9h à 5h du matin. Je connaissais ce bar-club surtout le soir mais je n’y étais jamais aller pour manger un bout le midi…

J’adore ce lieu fait de bric et de broc au décor très glamour-kitch. Un doux mélange d’années folles et de baroque chic qui rend l’ambiance très sexy avec ses longue banquettes roses et ses fauteuils zébrés.

Il y a quelques jours j’ai testé le resto. Au menu du jour: millefeuille de tomates-avocats, bavette haricots-verts et crème brulée vanille nutella… Un régal du début à la fin pour un service très agréable et un bonheur, l’addition s’élève à 15 € pour les 3.

En sortant on m’invite pour la soirée ladys night de jeudi en 8. Le club ouvre une soirée dédiée aux filles. Pour 5 filles présentes, une bouteille de champagne offerte… et n’ayant pas de vacances cette année… Je suis vraiment à la recherche d’afterwork parisien cool-sympa dans une ambiance un peu vacances déjantées ! Je vous donnerais mon avis mais je sais déjà à l’avance que l’ambiance sera au rendez-vous !

tutoriels beauté et coiffures, deux blogueurs à suivre

Hello,

Parlons un peu beauté, maquillage, mode… pour sortir globalement, il faut se faire belle… et pour se faire belle, il faut connaître quelques astuces et bons plans…Je vais vous parler de deux bloggeurs qui proposent des tutos ultra désirables.

Pour les sophistiqués, le blog lessecretsdescoquettes.com et son auteure Sara Sabaté proposent des tutos maquillages souvent accompagnés de coiffure toujours très chic. En plus, son accent espagnol est à croquer. Elle commence à donner également des conseils et astuces mode.

Pour celles qui se veulent plus brouillon glam, rock folk, type coiffé décoiffé… il y a les tutos de Fred sur son blog cutbyfred.com. Le coiffeur star de Mélanie Laurent nous montrent quelques astuces pour une superbe queue de cheval, un chignon en head band ou encore différentes tresses. Attention, il ne faut pas s’arrêter aux différents tops qui sont toutes bombesques et qui risquent fort de vous complexer.

H&M and Versace

Après Stella Mc Cartney, Karl ou encore Victor and Rolf, H&M vient d’annoncer son nouvel invité issu du monde du luxe, le géant italien Versace!

La marque incarnée par Donatella, a créé en exclusivité une collection pour l’automne prochain. Après Lanvin l’an passé, on attendait beaucoup du nouveau partenariat H&M – au moins de renommée égale, si ce n’est mieux. Aujourd’hui la marque suédoise tire encore une fois le gros lot puisqu’elle annonce une ligne exclusive signée Donatella Versace dès le 17 novembre 2011. Alors à quoi peut-on s’attendre dès l’automne prochain ? Pour cette collection Donatella dit s’être largement inspirée des fondements de la marque Versace.

Des classiques revisités donc, qui devraient être au plus près de l’essence de la maison : du cuir, des imprimés très colorés, des drapés de soie. On s’attend à une garde-robe ultra glamour et over provocatrice  connaissant la patte de sa directrice artistique. La collection proposera bien sûr bijoux et accessoires ainsi qu’une ligne Homme et une autre pour la Maison.

H&M recommence à nous délivrer les visuels au compte-goutte. Voici une photo de Donatella lors de son défilé Homme hier à Milan, portant une robe en cuir clouté de la collection H&M x Versace et quelques previews photos et vidéo. À noter qu’H&M et Versace ont également annoncé une pré-collection printemps-été mais uniquement accessible dans les pays disposant d’un e-commerce H&M au 19 janvier 2012. Le e-shop français sera-t-il mis en place d’ici là ? On espère…

… Et on espère aussi que les prix ne seront pas aussi élevés que ceux de Lanvin, parce qu’a 300 € la robe fabriquée dans les condition H&M (Bangladesh, Chine, Inde…) ça fait cher le bout de tissus!

Laurent Gérard, un vrai coup de coeur

Ce weekend, je suis allé voir Laurent Gérard. A ne confondez surtour pas avec Laurent Gerra et ses imitations un peu vieillottes !

Tout d’abord, j’ai lu un article sur sortiraparis.com, dans leur guide des spectacles de l’été ou le site web ventait les prouesses du comédien. Tout d’abord sceptique à l’idée de le voir en one man show, je n’ai pas regretté mon déplacement.

Pour une première scène seul, Laurent Gérard prend des risques ! Dès le premier tableau, Laurent Gérard se montre sous un angle très… « sexuel », d’après ses propres mots. Son culot en choquera peut-être certains, mais en fera mourir de rire d’autres.

Sa belle gueule et son corps sculpté, il les expose, et en fait une scène insolite, poussée à l’excès, finissant en micro string, ce qui ne peut ravir que ses dames ou les hommes chassant le même gibier que ces dernières.

Au total 5 sketchs, le comédien s’attaque à sa famille versaillaise, à sa grand mère cynique, son coiffeur un brin fofolle et à Laurent Gerra qui devrait bientôt devenir son homonyme et non l’inverse, vu sa fulgurante ascension. Un spectacle frais, pastichant son propre milieu social et sexuel (bien qui laisse un fond de doute sur ses choix sexuels).

Sexe, politique, classe sociale et immigration… Il n’a pas peur des mots, et s’adresse à un public conscient qu’il a en face de lui un farceur, qui a compris que la meilleure façon de critiquer, c’est d’exacerber les situations des plus grotesques et aberrantes. Et une surprise à la fin avec son costume… mais je ne vous en dit pas plus… ce serait vous oter la surprise, l’hilarité et l’absurde de la scène.

Spectacle à voir ! C’est un plaisir d’une petite heure qui n’a pas le temps de nous ennuyer, au contraire. On découvre un comédien doué, juste, et même, touchant et en plus réellement sympathique !

un petit avant gout ici:

Laurent Gérard, comme le prénom.. à la Comédie des Boulevards
Du mercredi au samedi à 21H30.
Tarif : 22€ ; tarif réduit : 15€.

L’Anthracite, le resto-bar-cabaret qui fait parler de lui

 J’ai découvert le restos-bars l’Anthracite. Comment, n’ai-je pas pu y aller plus tôt.

Café l’après-midi, resto le soir, cabaret la nuit ! L’Anthracite a réussi un tour de force dans cette petite rue qui mène à Beaubourg, celui de pouvoir plaire à tout le monde.

Avec sa terrasse agréable, un peu éloignée du bruit du bd Sébastopol. Dans une déco néo-baroque à dominance anthracite et jaune citron, on peut y aller pour manger, déguster des cocktails originaux (« Laque rouge », « Embrasse-moi »…) et découvrir une scène indé-rock très bobo ou encore rétro sexy. La programmation se veut variée et créative.

La carte du restaurant est un peu élevée mais son originalité et son raffinement en valent le détour.

Le weekend, le resto se veut plus clubbing avec de l’electro et un DJ qui sait jongler avec ses platines. Le gérant du resto est d’ailleurs connu dans le monde de la nuit parisienne pour être un des plus gros créateurs de soirées et autant le dire, il sait s’y prendre pour créer une ambiance glam’rock et hype a souhait !

Jessica Biel pour Revlon

Elégance et glamour, pour la dernière campagne Hypnotized de Revlon, signée Darren Aronofsky en collaboration avec l’agence DDCD Partners. Le réalisateur américain, auteur de l’excellent Pi, de Requiem for a Dream et de Black Swan, a fait appel à Jessica Biel et Pharell Williams pour incarner ce film en noir et blanc très luxe. Destiné à promouvoir le mascara Grow Luscious Plumping Revlon, la scène se déroule dans un palace. L’actrice retouche ces cils et provoque à chacun de ses geste des convulsions chez le chanteur qui arpente le couloir en fredonnant « You got me girl. »

Un spot de 60 secondes, esthétique, sensuel, un peu trop lisse quand on connait le travail de  Darren Aronofsky. Lui qui nous a habitué à des univers improbables et interlopes (les maths dans Pi, le catch dans The Wrestsler…), nous ferait presque oublier sa capacité à dénouer toutes les complexités de la nature humaine. Seul le jeu de miroir nous rappelle le côté subversif du réalisateur.

Vogue Italie présente ses rondes…

Vogue Italie s’y met aussi et présente un numéro « exceptionnel » avec un photoshoot de jeunes femmes rondes…Mais pourquoi ce sont toujours des numéros spéciaux? Ces jeunes filles deviennent de pures produits marketing. Au final, elles ne servent cas faciliter les ventes d’un magazine de mode tout en se la jouant pro-éthique alors que si cela n’est ‘qu’exceptionnel’, c’est qu’elles sont encore perçues comme des étrangères dans ce milieu ou la maigreur ne cesse de créer des polémiques entre les consommateurs et les professionnels.

J’ai toujours trouvé que les shootings des « plus size » manquaient cruellement d’originalité. Celui-là, est dans un premier temps ultra-vulgaire et dans un deuxième temps, il ressemble étrangement aux clichés de Monroe… Certes, cette icône serait aujourd’hui considérée comme une mannequin grande taille…Mais je pensais que les photographes avaient un peu plus d’imagination que de toujours recopier Marilyn, des que l’on met en scène un top qui dépasse la taille 38.

Previous Older Entries